Declaration CGT au CE de Gemplus CCE Axalto

Publié le

Claude Diharcabal
Déclaration du syndicat CGT au CCE d'Axalto et CE de Gemplus
du 21 juin 2007

Le leader mondial de la carte à puce dans sa production et sa commercialisation, l?entreprise GEMALTO  est née de la fusion entre Axalto et Gemplus en juin 2006.

Le 7/06/2007 la direction a annoncé au CCE d?Axalto et au CE de Gemplus la suppression de 486 emplois soit 14% de l'effectif en France :
- L'annonce de la fermeture du site d?Orléans (St Cyr en  val) avec 362 postes,
 - 46 suppressions de poste à Meudon ?siège social-,
- 74 suppressions de poste à Gemenos prés de Marseille.

En décembre 2006, à l?annonce de la fusion, le PDG Olivier Piou avait en son temps assuré la pérennité des emplois.
Aujourd'hui, l'argument économique principal serait « l'insuffisance de compétitivité et des coûts de revient en hausse ».

Les délégués CGT de tous les sites réunis à Meudon le 19/06/07 dénoncent ce choix brutal contre l?emploi, la vie et l'avenir des salariés d?Orléans et des sites du groupe.
Ce discourt du patronat est identique dans toutes les grandes entreprises.
Le prix du travail serait trop élevé et cela sans jamais traiter des profits énormes dégagés par les grands groupes dont Gemalto qui dicte leurs lois dans toutes les filières industrielles en l?occurrence celle de la carte à puce.

La vérité est tout autre, la part des salaires dans la valeur ajoutée n'a jamais été aussi basse.
La France est classée au 14ème rang des salaires en Europe.
Le taux de productivité, un des plus performants au monde.
Le 2ème pays derrière la Chine d'investissement d'entreprises étrangères en France.

La fusion a été construite sur des choix de rentabilité financière à court terme. Plus de 13, 5 millions d'actions supplémentaires Gemplus ont été apportées pendant la période du 12 septembre au 8 novembre 2006. Le nombre total d'actions GEMALTO s'établit à plus de 89,5 millions dactions depuis l'offre publique d?échange (OPE).

Pour la CGT, la fermeture et la restructuration annoncées ne sont pas fondées sur des critères industriels mais uniquement pour satisfaire l'appétit des actionnaires, sinon pourquoi fermer un établissement performant comme Orléans ?

En effet, l'unité d'Orléans est un atout industriel pour le groupe, elle est spécialisée dans la production et le développement de nouveaux produits notamment les passeports électroniques, les cartes santé, bancaire, cartes pour les transports.

Casser cette entreprise, c'est casser la vie et l'avenir de ces hommes et de ces femmes qui ont permis son développement par leur savoir faire. C'est insupportable, c'est aussi fragiliser toutes les entreprises du groupe Gemalto et cela pour établir une fausse concurrence entre Gemplus et Axalto. L'objectif à long terme n'est-il pas de livrer la maîtrise technologique aux concurrents par le biais de la sous-traitance ?

Le marché de la carte bancaire EMV est en perpétuel développement, le produit de la téléphonie est en mutation technologique permanente.
Les perspectives de marché sur la carte à puce sont importantes aux Etats Unies, Amérique du nord et en Russie.

Gemalto ne vient-il pas de conclure un lancement comme partenaire exclusif avec Citibank Taiwan pour plus d'un million de cartes bancaires EMV clé en main !

Suite au salon des cartes 2006, GEMALTO a lancé la première carte bancaire à double interface pour tout paiement visa et EMV.

La Cgt, ses élus au CCE d'Axalto et CE de Gemplus demandent l'annulation de ce plan de suppressions d?emploi sur tout les sites, la non fermeture d'Orléans car la direction n'apporte aucune justification et solution économiques et industrielles.

Les syndicats CGT demande que le CCE d'Axalto et le CE de Gemplus désignent un expert pour une étude industrielle sérieuse afin de trouver d'autres alternatives à la politique de casse de l'entreprise sur Orléans et contre toutes les suppressions d?emplois à Gemenos et Meudon.

 

Publié dans leblogdejacques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article