Travailler plus pour gagner plus ?

Publié le

Nous avons tous vu le Président de la République hier soir. Et, à part les patrons, nous avons tous été déçus.
Pour moi, le meilleur résumé de l’intervention de Sarkozy a été fait par Jean-Claude MAILLY : « Bosser et attendre que les prix baissent ! »
Comment faire travailler plus les travailleurs des entreprises qui délocalisent ?
Comment croire que le nombre de demandeurs d’emploi baisse ?
Monsieur le Président de la République, Messieurs les Ministres, soyez vigilants, les chiffres qui vous sont donnés ne sont sûrement pas les bons !
Ceux qui comme nous, vont dans les Zones Industrielles voient bien qu’il y a plus d’emplois crées en République Tchèque qu’en France. Les entreprises qui délocalisent sont toujours aussi nombreuses. Mais les travailleurs qui restent sur le carreau sont ils comptabilisés dans vos statistiques ?
Les entreprises cotées au CAC 40, dont les profits explosent chaque année, ne daignent toujours pas partager les fruits du travail de ceux qui se lèvent tôt pour faire enfler le rendement des investissements des banques qui se gavent déjà avec les frais de ceux qui n’arrivent plus à faire face à leurs charges.
Alors dans le discours d’hier, il y a des choses qui m’échappent :
Des gens qui ont trop de RTT, je n’en connais pas, comme je ne connais pas de travailleurs qui veulent absolument travailler après 60 ans. Où les rencontrez-vous ces gens là ? Au même endroit que ceux qui posent les bonnes questions à votre Ministre de la justice à la radio ?
 
Allez dans les Zones Industrielles, à la sortie des bureaux et posez les bonnes questions, vous aurez les bonnes réponses !
 
Allez dans les banlieues ghettos, vous aurez peut être une autre vision de la présence des services publics, de la nécessité de repenser la mixité sociale, de l’impérieux besoin de faire appliquer la loi SRU par quartier et par immeuble et non pas par ville. Il n’y aura pas d’issue au problème des cités sans une politique concrète du logement social. Le calme et l’intégration des populations enfermées dans ces prisons ne se fera pas sans brassage, il faut que tous les quartiers soient des échantillons de la population de ce pays, nous ne lutterons pas contre les communautarismes en laissant les gens entre eux. Ce n’est pas raisonnable de laisser des villes entières à l’abandon et d’envoyer les CRS quand on est dans l’émeute. Ce n’est pas le montant du budget pour rénover un quartier qui compte, c’est les moyens humain mis en œuvres pour ne pas qu’il meure.
 
Ce n’est pas en disant aux Français qu’il va falloir travailler plus pour gagner plus qu’on va combler le fossé entre les très riches et les très pauvres, c’est en empêchant les entreprises de partir qu’on leur donnera du travail, ce n’est pas en rendant les riches plus riches, que les classes moyennes vont enfin respirer financièrement et relancer la croissance.
Enfin ce n’est pas en affichant son train de vie au Fouquet’s, sur un Yacht en méditerranée, dans un parc de nantis aux Etats-Unis à 40 000€ la semaine, que les petits caïds de banlieue vont arrêter de dealer de la drogue pour  avoir aussi accès à ce luxe incdécent

Publié dans Humeur

Commenter cet article

ZADIG 03/12/2007 21:28

Ce matin l'huma (CR de JP Pierrot qui ne doit pas être trés fier de ses écrits), CR de l'assemblée du PCF à Abbeville: Moralité de l'histoire, tout le monde il est d'accord avec Cazimir, et Cohen SEAT (le stratége crétin qui a permis le 1,92% de Buffet) pour liquider le PC et se coucher devant le PS.Pendant cela Mélanchon en dit mille fois plus sur le PS, Sarko et Royale ce qui rend complètement inaudible la clique Hue/braouezec/buffet liquidatrice.Je maintiens que le PC est à reconstruire. Dans l'allier un Cohen-seat, une Buffet, un Laurent, un Braouezec ou un Hue aurait reculé aux cantonales face au PS et n'aurait pas progressé de 15%.Il faut que tous les opposants de gauche au PC parlent et virent cette petite clique droitière et stalinienne.ZADIG

ZADIG 01/12/2007 22:00

Claude Cabanes ce matin redécouvre, à la fin de sa carrière, la lutte des classes, il l'avoue lui-même ce crétin, pour parler de la politique de classe, effectivement, du nimbeau hongrois.Le pb est que Claude Cabannes et la clique liquidatrice Hue/buffet/braouezec (dont l'huma fait encore parler son réprésentant Asensi, le grans suporter de Bove aux présidentielles, ce matin, j'aurai préféré Gremetz, Gerin ou Brard beaucoup plus crédible et audibles), est totalement inaudible car pas du tout crédible, ayant tout fait depuis 25 ans pour liquider les fondamentaux idéologique du PC et du mouvement ouvrier français.Il faut que toute cette clique blairiste démissionne en bloc.Quant au nainbeau Hongrois on va s'en occuper : il ne passera pas l'année 2008, comme ce qu'il reste du PS aussi d'aileurs.Ah çà ira, çà ira, les aristos on les pendra!!!!!!!!!!!ZADIG