La réforme de la représentativité

Publié le

Hier, Maxime GREMETZ participait à une initiative parlementaire dont il était à l’origine.
Les participants étaient Alain OLIVE (UNSA), Michel DONEDDU (CGT), Philippe LOUIS (CFTC), Jérôme CHERTIER (UMP).
 
La position de Maxime est claire : Démocratie totale ! Pour déterminer la représentativité des organisations syndicales, il faut organiser une journée nationale d’élection professionnelle permettant à TOUS les salariés de pouvoir élire leurs représentants.
 
Si l’idée ma paraît la bonne, il faudra convaincre les pouvoirs publics de mettre à disposition des électeurs les structures permettant le scrutin.
 
Les organisations syndicales ont exprimé leurs divergences, chacun ayant des convictions sur les critères à retenir pour fixer les critères de la représentativité.
 
Il est à noter qu’à plusieurs reprises, le Député UMP Jérôme CHARTIER partageait l’avis des organisations syndicales, et que le concept de DEMOCRATIE TOTALE défendu par Maxime  le séduisait beaucoup.
 
Il reste à espérer que la majorité soit en accord total avec le fond de l’idée exprimée par Maxime GREMETZ et pas uniquement la forme.
 
Il est important que ceux qui demain, vont négocier en notre nom les réformes du droit du travail soient représentatifs et légitimes du monde du travail.
 
Des réponses sont à porter aux adhérents de l’UNSA et de SUD. Il y a de la place pour tous ceux qui défendent les travailleurs sur des bases républicaines.
 
 
undefinedundefined

Commenter cet article