Gremetz lance onze candidats aux cantonales

Publié le

L’Union du 15 janvier 2008 Onze candidats représenteront les Communistes en Somme lors des cantonales de mars. Une réponse de Maxime Gremetz au PCF qui ne présente pas de candidats dans le département, sauf sous la bannière de l’union de la gauche.

EN se retirant de la course aux municipales à Amiens, on pouvait penser que Maxime Gremetz ferait également l’impasse sur les cantonales. Que nenni !

Le chef de file du groupe communiste et républicain, dissident du Parti communiste français, est abasourdi par le fait que le PCF n’ait pas le moindre candidat dans la Somme. « Les candidats communistes font partie de l’union de la gauche. C’est du jamais vu qu’il n’y ait pas le moindre candidat dans la Somme partant sous la bannière communiste. Cela ressemble à un parti qui disparaît et qui meurt. Je comprends d’autant moins quand on voit des accords avec le MoDem et des socialistes sur des listes de droite. »

Pourtant, lors du conseil national du PCF du 9 janvier, Marie-Georges Buffet avait déclaré : « Veillons à ce que dans chaque canton, il y ait bien des candidats et candidates communistes. » « Pour une fois, je suis d’accord avec elle, ironise le député de la Somme. Je constate donc que les dissidents ne sont pas où l’on croit. » Maxime Gremetz lancera donc, sous le nom Communistes en Somme, onze candidats sur le département.

Si à Amiens Est, Abbeville Sud, Oisemont, Domart-en-Ponthieu et Nouvion-en-Ponthieu des tractations sont en cours et les candidats pas encore connus, Jean-Luc Belpaume partira au combat sur Amiens Nord-Ouest, face au sortant « communiste » Gérald Maisse, tout comme Alberte Lecointe à Ham, Denis Charpentier à Péronne, Patrice Caron à Moreuil, Bernard Flutte à Crécy-en-Ponthieu et Jean-Michel Herlin à Hallencourt. « Notre seul objectif est de battre la droite au Département » martèle Maxime Gremetz. « Au deuxième tour je compte sur le respect du principe républicain qui consiste à se désister pour le candidat de gauche le mieux placé. Je pense que l’union dès le premier tour fait le jeu de la droite.

Je rappelle qu’aux régionales au premier tour nous avions réussi le meilleur score d’une liste communiste en France. Ce qui ne nous avait pas empêchés de s’allier avec le reste de la gauche au second tour pour battre de Robien. Idem pour les législatives ou après un bon report de voix au second tour, j’ai été élu avec 60 %.

Pour les cantonales, si les communistes étaient partis seuls, nous n’aurions pas envoyé de candidats. » « Si les communistes Gérald Maisse et René Lognon étaient réélus, avec des suppléants PS et Verts, dans quel groupe politique se retrouveront-ils ? » s’interroge Jean-Luc Belpaume. « Les Communistes en Somme, c’est la troisième force politique du département, et nous manquerions de respect à nos adhérents si nous n’étions pas présents à cette élection. »

A noter que Maxime Gremetz soutiendra trois candidats non issus de son groupe : un jeune des quartiers et sans étiquette sur Amiens Nord VIII, le divers gauche Claude Chaidron sur Amiens Ouest I (Etouvie), et un autre candidat non encore désigné face à René Lognon à Picquigny. Jean-Marc Cavé

Publié dans Maxime GREMETZ

Commenter cet article

Malik 21/02/2008 16:12

Pour dix des onzes candidat maxime Grémétz a raison.
le probleme pour moi c'est le 11em et oui comment le camarade Grémétz peut il soutenir Maki qui a le soutient de la droite? qui déclare apres les elections je vais voir avec quelle groupes je vais travailler.

ZADIG 09/02/2008 21:01

Le pb n'est pas la désunion mais l'authanticicité et l'esprit révolutionnaire, l'écoute des opprimés.Le PCF est toujours en retard d'une guerre : 1936, 1940, 1945, 1956, 1960, 1968, 1977, aujourd'hui le PCF devrait être révolutionnaire, anti-impérialiste, athée, pur et dur, marxiste voire Léniniste, nonniste, anti-droite et PS droitier, bref cohérent avec un boulevard politique devant lui.Au lieu de cela il est droitier, stalinien, anti démocratique (avec quelqu'un comme Gremetz par exemple), partisan de l'économie de marché et de l'entreprise, adorateur des USA (comme le nullissime Bob Hue), sans aucun fondement idéologique (je pense que quelqu'un comme Karman à Auber voit trés juste y compris sur Staline et Trotsky), bref le PCF est dans un Jaja profond, alors qu'il y aurait besoin aujourd'hui d'un PCF offenssif, décomplexé, sans retenue vis à vis du PS et de Sarko.ZADIG

Lucien 06/02/2008 16:00

Même les communistes se divisent... C'est surprenant... Plus on perd plus on se divise?

ZADIG 05/02/2008 19:54

Trés bien que les autentiques communistes de la Somme en somme, soient présents, et elligibibles.Mais pourquoi s'être retiré des municipales et ainsi laisser la place à la droite, au modem, et surtout hélas au FN.Je pense que comme au Havre, à Nîmes, à Dieppe, à Sètes (la liste est longue), un maire communiste (véritablement) est possible à Amiens à condition que Maxime qui a un boulevard politique devant lui après l'adoption par le PS (y compris par le servile Peillon), de l'ump, des verts, du Modem, bref par la droite réunie du nouveau TCE capitaliste et anti-classe ouvrière française et Europpeenne, se présente comme au Havre, à Sètes, à Nîmes et à dieppe, face à la droite pourrie et ouiouiste.ZADIG

Gustave 05/02/2008 19:21

Je ne comprends toujours pas pourquoi, le mot communiste n'apparait jamais sur la propagnade de Gremetz et des candidats communistes en somme. Ces derniers auraient-ils en définitives peurs de leurs idées. C'est surprenant, je sais, mais c'est ainsi.