Pas de structure, mais un appareil

Publié le

Hier, nous avons eu la première réunion de travail sur le texte que nous voudrions proposer lors du congrès.

Voici en quelques phrases ce qui ressort de cette réunion.

 

Nous voulons faire un texte le plus ouvert possible que chacun pourra amender.

Nous nous concentrerons sur l’essentiel :

 

Un parti Communiste : Pourquoi

Un parti Communiste : Comment

Un parti Communiste : Avec qui

 

Tout d’abord

 

- Un parti Communiste : Pourquoi ?

 

Il n’y a plus à ce jour d’expression communiste.

C’est un vert qui parle au nom d’un groupe technique de la participation de la France à l’OTAN, il n’y a pas d’expression communiste au Sénat.

 

Pourquoi ?

Parce que quand tu fais 1.94% tu n’as pas les moyens de l’ouvrir sans faire un groupe avec d’autres.

Voila pour l’expression reprise par les medias.

 

Ensuite il ne faut pas croire ce que vous lisez au sujet des 8% au niveau national, le PCF fait 8 parce que les vainqueurs de ces élections locales sont les abstentionnistes.

 

C’est donc à la reconquête d’une expression que nous devons aller, pas à la recherche d’un gourou qui va nous faire remonter les scores. En terme footballistique, avant de jouer la Ligue des Champions, construit une équipe.

 

Les idées, nous les avons, même trop ! les gens compétents aussi, mais pas où il faudrait.

80% des communistes réunis à la défense, lors de la Mascarade qui à remplacé le congrès extraordinaire que nous méritions, ont dit qu’ils voulaient conserver un PCF. Que dit la direction ? La question reste ouverte ! Quand 80% se sont exprimés dans un sens, la question est fermée !

Nous voyons bien que l’appareil est fort et la structure est inexistante.

Si la structure était puissante, elle aurait déjà renversé l’appareil.

 

 

-         Un parti Communiste : Comment

Un parti qui fasse remonter les idées et les propositions du terrain, pas l’inverse. C’est la base qui fait tourner l’appareil !

 

Où sont les élus communistes ? Quelles sont leurs relations avec les syndicalistes ?

Les militants sont-ils présents dans les entreprise ? On ne sait pas, à la direction personne n’est capable de dire combien de structure existent à ce jour dans les boites.

Si on en droit les sites et blogs etc… il y a des cocos partout ! Mais quand on veut les rassembler, ils sont introuvables.

 

Des groupes de travail, il y en a partout, mais le discours a tellement bien marché pour masquer l’essentiel, que lorsque nous échangeons entre Camarade, il faut se garder de citer les noms de nos amis sinon, on est tout de suite étiqueté.

 

Et si on faisait ensemble un texte, si nous, les 80% qui veulent garder le PCF, oubliions un peu les noms de KARMAN, GERIN, GREMETZ, CHASSAIGNE et les autres. Si nous passions 4 mois à bosser tous ensemble et à se reparler ?

  

 

-         Un parti Communiste : Avec qui ?

Voila une question qui mérite réflexion. Si demain, les élections se faisaient à la proportionnelle ? Comment aborderions nous les campagnes ?

 

Avec qui sera le point à aborder une fois que nous aurons répondu aux deux premières questions.

 

Voila sur quoi nous vous proposons de nous rejoindre, qui que vous soyez à condition que vous soyez prêts à écouter et surtout à entendre l’autre.

Publié dans Debats

Commenter cet article

ZADIG 23/04/2008 08:38

Exemple des pratiques antidémocratiques et droitières de l'appareil stalinien du PCF à Paris, trés servile vis à vis du PS:http://pcf-paris14.over-blog.org/article-18826612.html

Jacques 21/04/2008 17:19

 
 
Bientôt le Congrès !!!
 
Mon cher Jacques,
 
Bravo pour travail réalisé à Vitrolles, un exemple qui se démultiplie à travers le pays.
 
Pour nous l’objectif demeure, quel projet, quelle stratégie, quelle politique doit proposer aujourd’hui un PCF de notre temps.
 
Quel rassemblement populaire, comment le construire et sur quels contenus ?
 
Comment renforcer et moderniser le Parti Communiste Français ?
 
Toutes ces questions sont posées à tous ceux qui veulent en finir avec un système capitalisme et construire une autre société !
 
Action et réflexion = concernent tous et pas seulement les « grands » penseurs !
 
Amicalement.
 
Maxime GREMETZ, Député de la Somme

ZADIG 16/04/2008 21:41

Il faut aussi savoir mettre à profit les opportunités politiques pour renforcer la gauche du PC.L'action du PS, des verts et de la LCR réunis avec la droite contre des maires refondateurs (Auber), Huitistes (Calais) et opposants de gauche à l'appareil droitier/liquidateur (Montreuil) doit faire réfléchir les vrais communistes de tous les clans y compris les maires eux mêmes (voir le tract de Beaudet le maire sortant d'Auber fait avec l'opposant de gauche Karman (qui lui est réélu CG du 93) le WE qui suit le second tour et qui explique dans le détail l'alliance PS/verts/LCR/droite conte les cocos arrivés en tête.Je pense que le maire sortant de Calais, huitiste estampillé, doit se poser des questions sur la mutation à la Prada.Quant à Brard si je comprends qu'il ait pu se méfier des micchel Laurent et autre stal du 93, il doit regretter d'avoir mis le pieds à l'étrier de la trés droitière et anticommuniste Voynet.Idem pour les résultats des élections en Italie, Bossi et le Kaiman ont fait une campagne en faisant appel aux ouvriers et chomeurs italiens, contre l'impuissance de l'etat déliquessant capitaliste et pro-européen pendant que Veltroni et les communistes étaient inaudibles et invisibles politiquement (voir l'affaire exemplaire d'Alitalia).Quand la gauche et les communistes s'éffacent (style comités antilibéraux ou arc en ciel) ils meurent ensemblent en Italie comme en France. A l'inverse les cocos en Grèce comme à Chypre s'affirment et progressent fortement voir gagnent (il faudrait aussi parler du Népal à défaut de Tibet).ZADIG

gilles questiaux 16/04/2008 09:24

Salut les camarades,Je lis "l'appareil est fort, la structure est faible", mais c'est pour ça à mon avis qu'il faut que la stucture, c'est à dire le parti de base, s'organise et s'unisse, derrière un seul texte et teste ainsi la résistance de l'appareil. Pour l'instant personne ne détient la vérité, chacun peut apporter son angle de vue, mais il faut absolument que la dispersion des derniers congrès soit surmontée. Sinon, toute notre action et toutes nos paroles à tous sont vouées à l'échec.Sur les noms, il faudra bien proposer aux communistes une équipe dirigeante de rechange. Beaucoup de camarades sont prêt à reconduire le groupe dirigeant actuel, faute d'autre solution. Et il laisseront donc l'équipe actuelle s'autoreproduire. Pour le moment André Gérin a indiqué sa position, s'est déclaré candidat au poste de secrétaire national. Il est donc pour le moment la seule solution de rechange à MGB!Pour Maxime Gremetz, sauf erreur de ma part, il semble que le groupe dirigeant ait réussi à lui faire quitter le parti, et à le diaboliser (un de plus!) C'est dommage car il est l'un des meilleurs pour représenter les classes populaires. Il faut exiger sa réintégrationGilles Questiaux

ZADIG 11/04/2008 18:51

Le pb de la jeunesse des idées n'est pas l'âge de la personne.Jacques Duclos en 1969 (il avait plus de 70 ans quand il a été candidat à la présidentielle avec plus de 21%, avec sa réplique Bonnet Blanc/blanc Bonnet) était plus jeune qu'un Sarko, qu'une Buffet, qu'une Royale, qu'une Voynet, qu'un Tartignolle, qu'un Martelli (le petit Veltroni du PC), qu'un Besancenot (l'attrappe mouche du PS)...Ce qu'il faut c'est que le PCF reviennent à ses fondamentaux idéologiques qui ont fait sa jeunesse, s'en s'occuper de ce que pense le PS, les verts, la LCR ou l'UMP.Quant à Gremetz j'ai apprécié ses positions depuis 5 ans et son indépendance vis à vis de l'appareil droitier et liquidateur (dommage qu'il n'est pas maintenu sa candidature aux municipales à Amiens, il y aurait aujourd'hui un maire coco à Amiens).