Nombre d’élus communistes, Dire la vérité

Publié le

Vu sur http://bellaciao.org

Brillante analyse !

 

Mais la chute du nombre de siège a débuté quand les dirigeants actuels ont commencé à avoir de l’influence. Nous payons les fautes de cette équipe, le parti aurait-il été ce qu’il est avec ceux qui sont à sa tête aujourd’hui ?

 

Certainement pas !



Voici des informations
données par Roger MARTELLI
dans le bulletin des Communistes Unitaires,

Quelques semaines avant les élections municipales et cantonales du printemps dernier, Marie-George Buffet, Michel Laurent et le noyau dirigeant du PCF annonçaient urbi et orbi que le PCF aurait 13 000 élus à l’issue du scrutin. Compte tenu que le chiffre officiel de 20003 était de 11 600 élus communistes et apparentés en France, l’annonce pouvait déjà surprendre

Au lendemain de l’élection, l’ambiance était à la satisfaction. Curieuse attitude, prétendument optimiste et combative et, en fait, du plus noir pessimisme : voilà maintenant les communistes contraints à se réjouir des moindres reculs, comme autant d’éclatantes victoires. Par rapport au pire, quel bonheur de n’avoir que du moins bien !

Simplement, voilà : aujourd’hui les chiffres sont tombés. Il y a quelques semaines, je faisais circuler un tableau du nombre d’élus communistes, en laissant vide la dernière case. Je republie ce tableau, mais, cette fois, la dernière case est remplie. Au lieu des 13 000 claironnés, l’ANECR comptabilise 6 849 élus communistes et apparentés et précise que les associations départementales « annoncent » des chiffres pour un total de 9 483 (sur un total général de 550 000 élus en France). Au mieux, le PCF a donc perdu un peu plus de 22% de ses élus depuis 2001, au pire 44%. Entre un quart et la moitié de perte depuis 2001 ; les trois quarts au mieux depuis 1977.

Les chiffres sont donc bien là. En 2008, les maires communistes sont 95 de moins qu’en 2001, soit une perte à peu près comparable à celle enregistrée entre 1995 et 2001 (100) ; les maires « apparentés » ayant été un peu plus nombreux qu’en 2001, le total des maires PC et apparentés accuse une baisse de 61 contre 87 entre 1995 et 2001. La perte des deux années est sensiblement moins forte qu’entre 1983 et 1989 et entre 1989 et 1995, mais elle prolonge l’affaiblissement structurel du communisme municipal.

Toujours entre 2001 et 2008, la population des communes administrée par un maire communiste a baissé de 300000 habitants. En 1977, le PCF administrait 1 464 communes totalisant 8,6 millions d’habitants ; en 2008, il en compte 725 (dont 561 ayant à leur tête un membre du PCF) totalisant 3,2 millions d’habitants.

Entre 1945 et 1958, la moyenne du vote communiste s’établissait en France à 25,2%. Entre 1959 et 1978, ce chiffre est passé à 20,3%, puis à 14,1% entre 1979 et 1988, à 9,4% entre 1989 et 1998 et 5,7% depuis 1999.

Les communistes doivent trancher en toute connaissance de cause, dit-on. Il faut, pour qu’il le fassent, commencer par mettre cartes sur table. Il ne faut pas mentir. L’affaiblissement du PCF le marginalise gravement dans l’espace politique, le vouant à devoir choisir entre le rôle de supplétif et celui d’aiguillon de majorités socialistes recentrées.

En décembre 1920, alors que le socialisme unifié comptait pour 22% des suffrages exprimés, la majorité des socialistes a décidé de rompre avec l’organisation à laquelle ils tenaient tant, parce qu’ils considéraient que cette rupture était la condition pour faire vivre l’idée révolutionnaire. En 2008, le PCF affaibli ferait le choix de ne surtout pas rompre ? Pour préserver quoi ?

Heureusement que les dirigeants qui prônent la continuation de l’existant n’assumaient pas de responsabilité en décembre 1920.
Car jamais alors il n’y aurait eu de Parti communiste français.

● Roger Martelli

Le nombre d’élus communistes et apparentés
1977 : 28 000
1983 : 27 000
1989 : 22 000
1997 : 14 681
2001 : 12 230
2003 : 11 600
2008 : ... 6 849 / 9 483

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ZADIG 12/10/2008 22:13

Un texte alternatif unitaire (Karman, gérin, et certains opposants dont ceux issus de rouges vifs à Paris).:"

Samedi 11 octobre 2008


Texte alternatif pour le 34ème congrès : une démarche unitaire


Texte alternatif pour le 34ème congrès : une démarche unitaire
Vendredi 10 octobre, le projet texte pour le 34ème congrès du PCF « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps », alternatif au texte de la direction sortante, était présenté à la presse par Frédéric Bernabé, Marie-Christine Burricand, Emmanuel Dang Tran, Claude Fainzang, André Gerin et Jean-Jacques Karman.
Nous avons eu l’occasion d’expliquer la nature unitaire de la démarche. Le texte alternatif rassemble les principales organisations et personnes qui ont porté les textes d’opposition au 33ème congrès. Mais il ne s’agit pas d’une alliance de groupes oppositionnels autour de « personnalités » comme les journalistes aiment à essayer de les repérer et de les classer, sous le vocable « d’orthodoxes » par exemple.
Comme cela était déjà notre démarche au 33ème congrès avec le texte « Remettons le PCF sur les rails de la lutte des classes ». Beaucoup plus largement, le nouveau texte unitaire est porté par des militants, des organisations du PCF, cellules, sections, fédérations.
Ils font ce constat :
les choix stratégiques décidés depuis plusieurs congrès par les directions sortantes mènent notre parti dans le mur. Ils privent les salariés, les luttes, le pays d’un outil essentiel pour faire face à la politique au service du capital. Le projet de base commune proposée par la direction, la ligne qu’elle poursuit depuis 2007 malgré les désaveux cinglants successifs, continuent à menacer notre parti d’affaiblissement, de transformation en coquille vide.
Les militants, les organisations de base qui signent le texte « Faire vivre et renforcer le PCF » ont donc décidé de prendre la responsabilité de s’adresser à tous les communistes, de mettre à leur disposition un moyen pour exprimer leur volonté d’ouvrir les vrais débats, d’engager des ruptures, le processus nécessaire de renforcement, idéologique et organisationnel, du PCF.
Notre démarche est unitaire et rassembleuse parce qu’elle part des communistes et de l’organisation communiste. En décembre 2007, l’Assemblée extraordinaire refusait l’ordre du jour initial de remise en cause de l’existence même du PCF.
Au 34ème congrès, passons à une nouvelle étape du redressement du parti !
Emmanuel Dang Tran, Claude Fainzang
 
Aujourd’hui, nous en sommes à 650 signatures de 61 fédérations. La Commission de transparence du congrès nous a demandé de donner 20 premiers noms destinés à être publiés dans le supplément de l’Huma qui doit être envoyé à tous les adhérents. Nous avons cherché à ce que cette liste traduise au mieux le sens et la nature unitaire de notre démarche :
 
Henri Alleg (section de Palaiseau, fédération de l’Essonne), Caroline Andréani (section d’Aubervilliers, fédération de la Seine-Saint-Denis), Jean Baus (secrétaire de la section du Jarnisy, fédération de la Meurthe-et-Moselle) Frédéric Bernabé (section de Vesoul, secrétaire de la fédération de la Haute-Saône), Marie-Christine Burricand (section de Vénissieux, fédération du Rhône), Aimé Couquet (section de Béziers, fédération de l’Hérault), Emmanuel Dang Tran (secrétaire de la section de Paris 15ème, fédération de Paris), Alain De Poilly (section de Fontenay-sous-Bois, fédération du Val-de-Marne), Claude Fainzang (section Paris 19ème, fédération de Paris), André Gérin (section de Vénissieux, fédération du Rhône), Françoise Guillois (section de Malakoff, fédération des Hauts-de-Seine), Jean-Jacques Karman (section d’Aubervilliers, fédération de la Seine-Saint-Denis), Jean-Claude Korde (section d’Illkirch-Graffenstaden, fédération du Bas-Rhin), Jean-François Larosière (section de Douai, fédération du Nord), Henri Martin (section de Pantin, fédération de la Seine-Saint-Denis), Jean-Pierre Meyer (section Ouest-Var, direction de la fédération du Var), Dominique Négri (section de Saint-Martin-d’Hères, fédération de l’Isère), Michel Perrin (secrétaire de la section des cheminots de Limoges, fédération de la Haute-Vienne), Jean-Louis Rolland (section de la Rochelle, fédération de la Charente-Maritime), Danielle Trannoy (dirigeante de la section du Bassin d’Arcachon, fédération de la Gironde).
Cela est trés bon signe et commence à sentir le roussi pour la clique Buffet/hue/braouezec.La crise financière ressemblant de plus en plus au commencement de la fin pour le capitalisme et la clique a du convoquer un CN exceptionnel ce mercredi.ZADIG

ZADIG 12/10/2008 10:04

Le capitalisme est en train de crever:http://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/10/11/le-capitalisme-touche-a-sa-fin_1105714_1101386.htmlQue fait le PCF : il va nommer Tartignolles aux chemises raillées, ou Pierre Laurent, fils de Paul, figure trés lisse et terne...Pendant ce temps les Gouvernements du monde entier continue d'engraisser les Banquiers verreux et les brokers pourris pour finir dans une véritable nuée ardente..

ZADIG 11/10/2008 13:42

Ce matin dansl'HQ du samedi l'Humanité dite "Des Débats", trés droitiers in fine, on se demande si le samedi ce n'est pas Bouygues et Lagardère qui écrivent, l'un des titres est "faut-il augmenter les salaires?" avec des contributeurs tous trés droitiers...Cela me suscite chez moi, qui achète l'huma depuis 1976 et qui l'ait vendu jusqu'en septembre 1997, une autre question : faut-il continuer à lire et acheter l'Humanité? Tant que des arrivistes incompétents comme Pierre Lauent après Zarka seront aux manettes l'humanité n'a strictement aucun avenir....J'avoue n'acheter l'HQ que pour certains articles de la rubrique de politique inter (Pierre Barbençay ou michel Muller) et la rubrique culturelle que je tiens pour la meilleur de la place de Paris.Pour ce qui est de la politique nationale c'est le tract de la clique Hue/braouezec/Buffet, donc bien pour se torcher... 

ZADIG 09/10/2008 22:04

Même l'humanité, grâce à la crise financière et aux décisiions de renationaliser les banques en faillite des gouvernement de droite et socialistes, redécouvrent les nationalisations.Hue, Braouezec, Buffet, Martelli, Hayot, Tartigolles et toute la clique n'ont plus quà se faire arakiri.... 

ZADIG 07/10/2008 07:10

J'ai entendu ce matin une excellente proposition du député apparenté communiste (pas dans la ligne liquidatrice il est vrai) JP Brard: Face à la folie spéculative de la finance et de la banque nationalisons toutes les banques et compagnies d'assurances...au lieu de les nationaliser quand elles tomberont en failite...C'est pas cazimir, Tarignolle ou Lauent sand co qui y penseraient!!