Ma lettre à André GERIN

Publié le

Voici un mail que j'ai envoyé à André cet après-midi en réponse à son courrier que vous trouverez plus bas.

Cher André,

 Ton courrier fait la part belle aux adhérents.

 Mais il y a plus de communistes non adhérents qu’adhérent au Parti.

 C’est pourquoi, nous ne pouvons pas reconnaître ce congrès ni les textes proposés.

 Qui prend en compte les exclus ?

 Ce congrès et ces textes ne sont qu’une mascarade de plus !

 Je suis triste que tu te prêtes à ce jeu.

 Même si je ne suis pas d’accord sur toutes tes positions, j’ai énormément de respect pour ce que tu es.

 J’attendais de toi un geste de rassemblement, j’attendais que tu fasses pression sur le National pour leur imposer la présence de tous les communistes à ce congrès.

 Il fallait que tous les Camarades exclus soient réintégrés.

 Ce congrès ne règle rien, il ne fait que valider la position de la direction actuelle, et tu rejoindras la ligne !

 Fraternellement


Voici la lettre d'André GERIN que beaucoup d'entre vous ont reçu :
Cher(e) Camarade,

     Le vote des 29 et 30 octobre prochains est à organiser avec soin pour permettre la meilleure expression des communistes.
     Notre texte alternatif « Faire vivre et renforcer le PCF : une exigence de notre temps » est porteur d’objectifs clairs pour un PCF autonome, pour un changement de société, en sortant de l’impasse mortifère de notre dépendance
vis-à-vis du Parti socialiste.

L’exigence de sortir des non-dits, des tabous, de faire le bilan des choix d’abandon révolutionnaire
au nom de la modernité, opérés depuis plusieurs congrès, monte fortement chez les communistes.

Les initiatives de replâtrage avec le Parti socialiste organisées cette semaine confirment les objectifs de
la direction du parti. Elle poursuit une stratégie de recomposition politique qui tournerait le dos à la perspective historique du communisme, à l’heure où le capitalisme est en crise et où tout montre qu’il a fait son temps.

Nous avons un texte alternatif comme le prévoient les statuts du parti, décidés lors du dernier congrès.
C’est bien la direction qui a voulu créer des éléments de division entre les communistes. Aujourd’hui, ces statuts sont contestés par ceux qui les ont votés, par ceux qui ont accompagné, participé à toutes les décisions de chacun des congrès depuis Martigues. Ils s’assoient allègrement sur les statuts alors que certains les ont approuvés et d’autres ont laissé faire pour justifier le fait de ne pas déposer de texte alternatif.

Nous sommes dans les petits arrangements où, d’une manière ou d’une autre, chacun y trouvera son
 compte, sa place, pour discréditer, voire minimiser le vote des communistes.

 C’est bien la base commune qui est porteuse de division, car rien n’est acquis. Surtout, elle ne
porte nulle part la transformation révolutionnaire d’un pays capitaliste comme la France. La crise du capitalisme financier chamboule de fond en comble l’approche superficielle des questions de classes. A chaque rencontre
publique, nous percevons l’embarras(*) de ceux qui défendent le texte adopté au conseil national du 5 septembre.

Notre texte pointe des questions et des options fondamentales indispensables pour le débat, occultées, escamotées depuis des années. Vous l’aurez remarqué, il n’est l’objet d’aucunes remarques, d’aucunes critiques.
Ce silence de plomb est plutôt bon signe. Comment rassembler les communistes alors que d’immenses questions sont encore taboues ou réservées à ceux d’en haut ?
Le communisme n’est pas mort. Le PCF n’est pas encore mort, pourtant certains voudraient le transformer en
une autre force politique à côté du PS et/ou avec une fraction du PS. Pour cela, il faudrait concéder d’autres abandons.
C’est aux adhérents, aux communistes d’avoir le dernier mot pour régénérer le PCF. Les forces sont là pour un
PCF offensif, à la reconquête des classes populaires, qui retrouve son allant, son enthousiasme théorique,
philosophique et culturel.
Apprenons à dédiaboliser les désaccords, les oppositions. C’est le moment pour chaque adhérent de mettre les
 pieds dans le plat, de secouer le cocotier. Ni prêt à penser, ni prêt-à-porter, ni maître à penser.
Il y en a marre d’avaler des couleuvres, de la cacophonie des dirigeants, des discussions de salon. L’heure est à
la transparence pour en finir avec la langue de bois. L’heure n’est plus aux jeux de rôle, aux petits calculs
personnels. Les communistes exigent du courage, le parler-vrai, car ils souffrent d’un parti « laissez-faire ».
Ils savent, ils sentent que le peuple a grand besoin d’un PCF fort, ouvert, combatif, moderne avec des dirigeants et
 une direction qui ont une réelle légitimité politique, populaire en prise directe avec les réalités profondes de notre peuple.

Nous sommes et serons fidèles jusqu’au 34ème congrès à l’exigence majoritaire des communistes de conserver un PCF, dans le respect des minorités qui veulent créer une autre force politique, participer à une recomposition à gauche en considérant qu’il n’y aurait plus de place pour une force politique qui s’appelle PCF.
Nous voulons rechercher le débat, la friction, la confrontation. Oui le PCF a de l’avenir. Nous y mettons toutes
nos forces, nos convictions. Raison de plus pour être optimiste !

                                      Fraternellement.
André GERIN
(*) Ayant participé aux rencontres de Rochefort (Charente-Maritime), à Ivry (Val-de-Marne) et Cruas (Ardèche), j’observe que les représentants de l’équipe dirigeante sont plutôt mal à l’aise Ils nous trouvent même sympathiques et utiles. C’est le résultat de tout ce que nous avons fait depuis les abandons du congrès de Martigues, au 32ème congrès avec le texte du Pas-de-Calais et de Nicolas Marchand, au 33ème avec les textes Fiers d’être communistes, Colère et Espoir et Remettre le PCF sur les rails de la lutte des classes. Aujourd’hui notre texte unitaire montre que la constance paye.

    
C'est bien de citer Colère et Espoir!

 

Publié dans Debats

Commenter cet article

el diablo 28/10/2008 14:56

Bizarrement les texte de ce blog sont protégés à la copie ce qui est ennuyeux car ils ne peuvent être copier pour transmission (avec précision de la source) C'est très dommage et çà n'incite pas à le visiter.salut et fraternité EL DIABLO.

ZADIG 27/10/2008 08:53

Ok pour dire que ce congrès est une mascarade la clique Buffet/hue/Braouezec bettonant in fine en vue d'une liquidation droitière.Mais que fait pour fait-on concrêtement pour l'avenir de la tradition communiste en France au moment où le capitalisme sombre et où seul Bayrou sait en bon démago parler des milliers de milliards de dollars pour les banque.Ne faut-il pas construire des listes communistes avec le cible PCF aux europpéennes pour rassembler tous les communistes avec ou sans carte.Ne peut-on pas imaginer des listes Gremetz/karman/Geriin/brard Bocquet et pourquoi pas Chassaigne avec des élus des résultats bien plus élevés que les listes concoctées par les liquidateurs Buffet/Wurtz?ZADIG 

Maryvonne Leray 26/10/2008 11:44

Ton courrier fait la part belle aux adhérents.
 Mais il y a plus de communistes non adhérents qu’adhérent au Parti.
 C’est pourquoi, nous ne pouvons pas reconnaître ce congrès ni les textes proposés.
 Qui prend en compte les exclus ? oui le vrai problème est bien là, et je me demande si ça ne sera pas pire après le 34ème congrès... j'avais titré un jour un 34ème congrès sans Maxime Gremetzhttp://m.leray.over-blog.com/article-23530259.htmlpour nous anciens camarades du parti ce n'est pas rien...Je pense que  les ambitions personnelles l'emportent trop souvent... Il va falloir du temps pour que le mouvement révolutionnaire se relève de tout ça... fraternellement

jb 26/10/2008 03:43

slt jacquestu t'attendais à quoi?JB

ZADIG 25/10/2008 14:21

J'ai écouter ce matin Samedi Buffet que l'on interwievée sur France Inter à propos de la situation chez Renault:-D'abord je n'ai compris qu'un mot sur trois vu qu'elle ne sait pas prononcer une phrase sans avaller la moitié des mots-D'autre part le peu que j'ai compris (je pense que 100 % des auditeurs n'ont rien compris à ce charabia) ressemblait plus à l'intervention d'un ouvrier de base sans culture politique et même syndicale : en gros une argumentation de mauvais syndicaliste sans analyse de fond sur ce système capitaliste pourri jusqu'à la moëlle qui ne pense qu'à Exploiter et spéculer et au secours duquel le gouvernement vient au secours à coup de centaines de milliards d'Euros de manière trés empressée.Cette casimir est effectivement une catastrophe et les petits clones qu'elle nous prépare doivent être du même acabi (Tartignolles, Vieu, Bessac, Martelli, etc..)