C'est où le fond ??

Publié le

On l’entend à la radio depuis un peu plus d’une semaine, le concept « d’Economie Réelle ».

 

Il faut bien sûr le différencier de « l’Economie Virtuelle ».

 

Autrement dit, les notions de ce « que ça vaut » et de ce « que ça coûte ».

 

Une maison coûte 300 000 €, c’est le marché qui fixe le prix. La banque prête entre 1 et 300 000 € + les intérêts. D’où vient l’argent ?  Du virtuel, jamais, le banquier ne vient à la maison avec une valise remplie de billets. C’est juste une ligne sur le relevé de banque.

La banque prête du virtuel et l’emprunteur rembourse du réel avec son salaire.

 

Attachez votre ceinture je relève le niveau.

 

Le banquier  revend la dette à un autre banquier, non plus sur ce qu’elle coûte mais sur ce qu’elle vaut. Elle vaut quoi la maison ? La différence entre ce que la banque l’aura vendu et ce qu’elle saisi quand tu l’emprunteur ne peut plus payer. Comme de toute façon la banque affecte la plus grosse partie des remboursements aux intérêts, elle a empoché la marge en argent réel. Puis il ne reste plus que le capital en argent virtuel à récupérer. Plus la maison est payée, plus la marge est grosse puisque dans tous les cas c’est l’organisme prêteur qui a le premier rang hypothécaire.

 

Donc la banque saisit la maison. Elle la revend pour ce que ça coûte.

 

Mais ça commence à se gripper quand la maison ne vaut plus ce qu’elle coûte. Plus d’acheteur à la hauteur de l’argent réel que la banque doit fabriquer.

 

Quand l’argent ne descend plus vers les seuls qui peuvent remonter de la richesse réelle (c’est à dire celle qui rémunère un travail)  tu peux inventer toutes les pompes possibles il n’y a plus rien qui remonte.

 

Quand c’est une maison, personne ne voit rien, mais quand une économie est basée sur le virtuel, et qu’à un moment il faut raccrocher avec le réel, c’est la que le bât blesse.

 

Jusqu’où la bourse va chuter ?

Je crains que ce soit très bas. En effet, les centaines de milliards d’Euros qui viennent d’être donnés aux banques, sont encore plus pourris que les millions qui n’existaient pas.

 

C’est de l’argent virtuel supposé sur des recettes que l’on ne connaît pas. Non seulement il n’existe pas, mais il ne peut même pas se traduire dans une ligne en transfert sur un relevé de banque à banque, car la ligne comptable n’existe pas et que la recette n’est pas sûre, puisqu’elle va dépendre des rentrées fiscales que l’on ne connaît pas à cause de la crise.

 

J’avais dit qu’une voiture ne pouvait pas fabriquer sa propre énergie pour rouler. Pour la finance c’est pareil, quand ce n’est plus le travail qui crée l’argent, on a un vrai problème.

 

La bourse dégringolera jusqu’au point où il y aura autant d’argent réel que virtuel.

 

C'est-à-dire , quand les faillites, les cessations de paiement de particuliers auront effacé les lignes d’argent virtuel dans les comptes de la banque, qui ne sera pas plus pauvre mais qui pourra justifier avoir gommer cet argent de ces comptes.

Restera les centaines de milliards d’euros promis par SARKOZY, qui remettra la machine en route, et en avant pour de nouvelles décennies durant lesquelles les pauvres seront encore plus pauvres et les riches de plus en plus riches ?

 

Si cette société vous convient, alors j’ai peur.

 

Publié dans Debats

Commenter cet article

ZADIG 28/10/2008 07:10

C'est la fin du capitalisme et il faut s'en réjouir au contraire.Je pense que l'immobillier va s'écrouler bien plus bas que ce qui est annoncé et c'est aussi une excellente nouvelle.Le système spéculatif capitaliste mondial grâce à ses gnömes, les brokers et traders verreux des banques pourries jusqu'à la moëlle sont en train de siphoner le capitalisme et il va donc mourrir (ce système devait bien mourrir un jour).Le pb est que le PCF n'existe plus sur le plan idéologique, plus aucuns fondements, et nous avons aussi nos gnömes (Buffet. Hue, Braouezec) et leurs clones (Tartignolles, Vieu, Martelli) ne permettent pas au mouvement ouvrier (au sens large) d'être en capacité au moment ou le capitalisme s'effondre (un comble Bayrou et Sarko parle plus du captalisme et des banques que Casimir qui est toujours aussi nulle et incompétente).