Communiqué

Publié le par Jacques LAMBERT

Les derniers grands rendez-vous du Mans et de Montpellier génèrent des réactions qui hypothèquent largement le succès du rassemblement anti-libéral.

Nous trouvons pathétiques les appels au secours du type « OLIVIER, tu nous manques, ta place est avec nous ». De même, les travailleurs et les privés d'emploi de plus en plus nombreux ne reconnaissent pas les candidats proposés pour porter nos revendications.

De plus nous avons trouvé insultante l'attitude d'un José BOVE sorti de garde à vue et particulièrement arrogant juste dans les temps pour être au Mans.

Devons nous rappeler que notre Camarade Frédéric LEMOINE est en grève de la faim au Conseil Régional der Picardie suite à un licenciement relatif à son engagement Syndical et Politique ? Devons nous faire la longue liste des salariés ou sans-papiers expulsés sans ménagement par les milices Sarkozistes alors que ceux-ci ne recherche qu'un peu de justice sociale ? Doivent-ils être à la tribune et implorer Saint OLIVIER pour être considérés ?

Décidément vous n'avez rien compris ! Les Français, le 29 mai, demandaient que l'on s'occupe de leurs préoccupations. Qu'ont ils eu en retour ? Des candidats très éloignés de leur réalité !

Un paysan parisien médiatique faucheur de maïs, une charmante universitaire dont tout le monde reconnaît que la popularité de « Passera pas le Périphérique parisien »,  un syndicaliste SNCF énarque attiré par le côté romantique de la révolution.

Il n'est pas rare d'entendre regretter le temps d'un PCF fort. C'est ce que nous voulons.

Au moment des résultats du vote du 10 et 12 décembre (qui ressemble plus au classement du concours Eurovision de la chanson qu'à une désignation de candidat à l'échéance la plus importante  de la démocratie française), nous déciderons de notre action. D'ores et déjà, nous pensons présenter un candidat issu du Parti Communiste Français qui défendra ce qui reste du parti et donnera le coup d'envoi de la reconstruction du seul mouvement défenseur des plus exploités.

Publié dans leblogdejacques

Commenter cet article

el diablo 24/11/2006 21:18

"....Il n'est pas rare d'entendre regretter le temps d'un PCF fort. C'est ce que nous voulons....." Je me marre!  Il ne fallait pas voter pour la "mutation" et s'accrocher au gouvernement Jospin entre 1997 et 2002. Si nous quittions le gouvernement... " on allait faire revenir la droite" disaient alors es dirigeants du PCF dans les réunions de sections. La droite, bien à droite, est revenue et le PCF est mort . Voilà la vérité....les dirigeants PCF pour peu qu'ils aient eu un jour un mandat de député ne mourront pas de faim, ils toucheront une retraite confortable. Les prolos pourront crever avec leur paie ou leur retraite de misère. J'accuse les dirigeants du PCF d'avoir trompés le peuple pour sauver leurs postes...Qu'il ne compte pas sur moi pour que je leur donne ma voix. un communiste très très en colère après ces gens-là , EL DIABLO 
N.B. qui a appelé à l'abstention lors du référendum sur le quinquenat qui renforce un peu plus le caractère présidentiel de la Vème République?... Réponse = Les nains politiques du PCF . Moi j'ai voté NON car je suis  toujours favorable au mandat unique de 7 ans comme le proposait le PCF dans les années 70 (Rapport d'Anicet Le Pors)