Les patrons se servent ils ??

Publié le par Jacques LAMBERT

Quand chez EDF on accuse la CCAS de détournement. Chez CRIT quand 'est le patron qui détourne du fric .....

Le camarade de la CFTC qui a levé le loup est victime d'une procédure de licenciement

La présidente de la société de travail intérimaire Crit, Nathalie Jaoui, a formellement démenti jeudi l'existence d'un système mis en place au sein de son entreprise afin de ne pas payer aux intérimaires certaines indemnités de fin de contrat.

La société Crit Intérim est visée par une information judiciaire ouverte par le parquet de Paris à la suite d'une plainte de la CFTC déposée en mars 2006 pour vol et escroquerie. Elle a été confiée à la juge d'instruction Sophie Clément, a-t-on expliqué jeudi de source judiciaire.

L'enquête doit tenter de déterminer si des indemnités de fin de contrat auxquelles ont droit les intérimaires n'auraient pas été détournées à l'aide d'un logiciel informatique servant à rédiger les feuilles de salaire.

Six personnes, dont Mme Jaoui, ont été entendues le mois dernier sous le régime de la garde à vue avant d'être remises en liberté, a-t-on précisé de même source.

"Cette enquête porte sur trois agences en région parisienne. On ne peut quand même pas dire que c'est un système qui a été mis en place par la société", s'est défendue Mme Jaoui, jointe par l'Associated Press. "Je nie et je démens. C'est complètement absurde", a-t-elle ajouté.

De source judiciaire, on souligne que cette enquête viserait une dizaine d'agences. Le réseau Crit en compte 390 en France, 450 dans le monde.

Les faits dénoncés portent sur les années 2003, 2004, 2005. Des perquisitions ont été effectuées au siège de la société dont le chiffre d'affaires est d'un milliard d'euros, selon la direction.

Celle-ci assure que des recherches sont actuellement en cours pour vérifier si certains intérimaires n'ont pas touché leurs indemnités.

Avant de déposer plainte, un délégué de la CFTC avait averti la direction d'éventuelles fraudes. Des poursuites en diffamation ont été engagées et perdues par Crit contre ce dernier. Selon Nathalie Jaoui, ce salarié était le responsable de secteur des trois agences visées par l'enquête d'après la direction. AP

Publié dans leblogdejacques

Commenter cet article