Cantonale Partielle à Vitrolles

Publié le

Le décès de Guy OBINO va inviter les Vitrollais à désigner un nouveau Conseiller Général pour un peu plus d’un an.

 

Cette élection n’aura aucun impact sur la majorité du Conseil Général des Bouches du Rhône et ne permettra pas à ce nouvel élu d’infléchir la politique du CG sur le canton.

 

Voila donc bien une campagne inutile.

Les ambitions des uns et des autres n’en sont pas moins atténuées. Il y aura un candidat socialiste intronisé par Jean-Noël GUERINI, plus éventuellement un autre mécontent du choix du Napoléon de l’Hôtel du Département.

 

Les candidatures à gauche ne se limiteront pas aux candidatures socialistes, le Parti de Gauche de Méchant Long aura le sien, avec ou dans accord avec le NPA, car si l’on en croit les déclaration del’Ex-sénateur de l’Essonne, ex Socialiste, des accords se traitent dans le dos de ses partenaires.

 

Dans ce cas quel Front de Gauche ? Force est de constater que la position qui est la notre de ne s’allier avec personne, nous évite d’être trahis.

 

Une candidature d’alliance signifie automatiquement, tractations, compromis, compromissions, et trahisons.

 

Si en partant du PS les militants de MELENCHON ne sont pas venus adhérer au PC, c’est qu’ils avaient de bonnes raisons. Si les adhérents du PC de partent pas au Parti de Gauche, c’est qu’ils ont, eux aussi de bonnes raisons, autant de bonnes raisons qui rendent raisonnable de ne pas travailler ensemble.

 

Ma position, est de ne pas envoyer de candidat à cette élection partielle qui ne mobilisera que 30% du corps électoral.

 

La réunion de la section du PC de Vitrolles m’a surpris hier soir. Les militants présents hier soir veulent en découdre, dans le cadre d’une alliance « Front de Gauche ».

 

La peur d’être absent est forte.

 

Mais l’absence de candidat est elle synonyme de silence ? Certainement pas ! Nous avons tous les moyens d’expliquer aux Vitrollais les raisons de notre position.

 

Il a été dit que les citoyens eux-mêmes demandaient à pouvoir voter pour le candidat communiste. Ceux qui tiennent ce discours ont il conscience du vote inutile de cette élection ? Ont-ils conscience que le remboursement des frais de campagne se fera avec leurs impôts ? Ont-ils conscience que les jeux sont faits et que rien ne va plus ?

Pour ma première réunion depuis que la possibilité d’avoir ma carte m’a été donnée, je remarque que je suis en désaccord avec les militants du PCF et que ceux-ci ont peur du vide, qu’ils se raccrochent à tout pour exister. Mais on n’existe pas par procuration, le PCF existera hors de l’alliance avec d’autres parti, le parti se renforcera dès lors qu’il montrera au peuple de gauche que c’est seul qu’il fonctionne le mieux. La division n’est pas dans l’aventure électorale hors des alliance, mais dans la dilution des voix des électeurs qui ne se reconnaissent pas dans la poubelle du Front de Gauche.

 

Je suis pour le tri sélectif, le rassemblement autour du PCF. Si nous sommes tous d’accord, nous adhérons tous au même parti, sinon c’est chacun pour soi.

 

Depuis 1981, les alliances nous ont coûté trop cher, Maxime GREMETZ et ses amis viennent à peine de cicatriser et recommencent à pouvoir s’asseoir sans douleur, c’est pas pour recommencer à faire les larbins du reste de la gauche et de ne rien récolter, nous voulons profiter des fruits de notre travail sur le terrain.

Publié dans VITROLLES en Campagne

Commenter cet article

jacques 23/10/2009 12:32


Ne nous trompons pas d'élection, nous sommes en préparation de cantonale partielle pour un mandat de 13 mois. Les jeux ont été faits, la majorité ne peut pas changer et faire du présentéiseme
contemplatif au milieyux de formations qui se déchirent, c'est pas mon truc. Un présence ne ferait qu'ajouter de la division à la division. Préparons 2011 ! Sur quels motif allons nous demander au
Vitrollais de nous donner leurs suffrages ? Que pourra faire de plus l'élu qui sortira de cette élection ??


BB 23/10/2009 12:17


Oui, je comprends ta position...je suis peut-être pour ma part sur de "vieux" shémas, dans lesquels l'absence est coupable !
Se compter, se servir des élections comme d'une tribune, préparer les échéances suivantes, pour moi c'est la logique..j'accepte d'entendre que pour toi c'est de la compromission, du temps perdu, et
que ce n'est pas ta conception de la politique...
Mon problème, Jacques, est que je connais le personnage JL depuis très longtemps dans sa vie de tous les jours et pas dans sa vie politique, somme toute très récente. Et que je pense que, compte
tenu de tes qualités, tu pourrais être plus utile en étant moins marginal. Mais ce n'est que mon avis, résultant d'une réflexion où l'affect a sa place, et non d'une froide analyse purement
politique.
En outre, n'étant sur de rien, cherchant à explorer des voies souvent contradictoires, j'ai des "états d'âme" pas toujours très cohérents qui meublent mes prises de position politique.
J'ai voté Front de Gauche aux européennes, pensant que ce vote était un encouragement à aller plus loin vers la reconstruction d'une gauche de combat  pesant sur le PS.Une erreur de jugement
?


jacques 23/10/2009 11:04



2èeme partie de ma réponse : Candidat, seul ou pas


Tu connais la dessus la position, les alliances coutent trop cher. Elles se font dans le compromis qui vide de tout son sens les propositions. Elles nécessitent des réunions dans lesquelles on
passe plus de temps à déplacer les virgules qu’à faire un programme. Les accords sont rarement respectés.


Pourquoi faire des candidatures communes ? Si les adhérents du Parti de Gauche sont là ; c’est qu’en quittant le PS, ils n’ont pas vu de pertinence à être au PC, idem pour les adhérents
des autres formations, alors pourquoi tomber d’accord au moment des campagnes ?


De plus les dernières déclarations de Jean-Luc MELENCHON et son auto proclamation pour les régionales en Ile de France montrent que c’est toujours compliqué de s’entendre et de satisfaire les
egos démesurés de ceux qui se voient déjà en haut de l’affiche.


L’alliance montre la faiblesse d’une organisation dans sa capacité de proposer.


Stratégie entre les deux tours.


 


Si le candidat est élu au premier tour, les questions ne se posent pas, mais s’il y a un deuxième tour, que faire ?


Les législatives dans la 10ème circonscription des Yvelines ont été caricaturales des conséquences des alliances. Le candidat PC a appelé à voter pour une candidate qui avait voté
« OUI » au traité constitutionnel, qui est pour la taxe carbone, qui est restée muette sur le travail du Dimanche et qui n’a pas été très audible sur la loi HADOPI, alors que le
candidat de droite, pour d’autres raisons est sur la même ligne que le PC. Résultat des couses, en se présentant à cette élection, inutile aussi, le candidat PC a fait 4% et a appelé ses
électeurs à voter pour une candidate qui ne tenait pas la même ligne que celle sur laquelle il était engagé auprès de ses électeurs, voila ce que je ne veux pas.


 


C’est ce que j’appelle le respect de l’électeur.


J’espère que ma position te semblera plus cohérente, et que tu y comprendras que c’est le respect du citoyen qui a guidé ma réflexion.


Je souhaite aussi avoir enrichi ta réflexion à ce sujet.


 


Pour conclure, ne pas envoyer de candidat à la cantonale partielle de Vitrolles, n’est pas dramatique, si nous en profitons pour lacer notre campagne de 2011 en faisant de vrais propositions aux
Vitrollais.


 



BB 22/10/2009 22:12


C'est vrai que rester à l'extérieur et compter les points, en s'octroyant le droit de décerner des brevets de "bon ceci "ou de "mauvais cela" est autrement plus productif et mobilisateur...la peur
de l'échec cuisant, peut-être ?
Cela dit, encore une fois, ta position me semble avoir une cohérence avec quelques uns de tes propos (pas tous, et pas dans toutes les circonstances !): rien ne sert de se compter, de mobiliser les
gens à l'occasion d'une consultation électorale quand on n'est pas un démocrate (au fait, Jacques, toujours la dictature du prolétariat ?)...Serais-tu devenu un anarcho-communiste...certains de tes
propos m'avaient inquiété, je craignais que tu ne sois sur des positions national-communistes...toi qui aimes tellement les étiquettes, je joue sur ton terrain, là !
Je suis malheureux, Jacques, pour te dire ce genre de choses désagréables...
Car tout cela, je ne pense pas que cela te ressemble vraiment...la politique politicienne, ce n'est pas toi, donc on ne se présente pas à des élections pour s'amuser, pour embêter les autres
candidats, etc...
tu vas encore une fois prôner le vote blanc ???
c'est une position, mais à force de la généraliser, le blanc l'emporte sur le rouge et laisse toute la place au rose orangé et au brun plus ou moins mâtiné de reflets bleu (outremer)...
La provocation permanente ne permet pas de garder une jeunesse éternelle et la vie des gens qui souffrent n'est pas un jeu.
Il y a certes d'autres manières de mener l'action que les élections...mais à quand remonte notre dernière grève, notre dernière manif ?
N'est-ce pas une forme de mépris, lorsqu'on a une bonne situation, qu'on ne connaît pas les fins de mois difficiles, qu'on a passé une bonne partie de sa vie dans un douillet cocon matériel(
je t'ai connu quand ta situation était moins facile et là tu ne t'intéressais que de très loin à la politique !), que de se contenter de faire des bons mots sur les uns ou les autres, de dénoncer,
blâmer, condamner sans finalement jamais s'exposer soi-même?
Mon avis est que tu es quelqu'un qui pourrait par son intelligence, par ses analyses, par ses qualités humaines, se mettre au service de la cité, avec d'autres gens de bonne volonté sur la base
d'accords précis sur la politique d'une ville, d'un canton, etc
Au lieu de tout cela, tu sembles te positionner en-dehors de tout, refuser de "mettre les mains dans le cambouis". Je te verrais bien arpenter la place du marché pour parler avec les "vraies gens"
au lieu de ne discuter qu'avec des spécialistes, dans des débats que tu animes d'ailleurs de main de maître, sur des salons professionnels ou sur les ondes d'une radio locale !!!
Ce n'est pas avec les leaders syndicaux ou les députés en fin de carrière (ou en début, d'ailleurs, je devais viser quelqu'un, là, quelle mauvaise pensée) que tu entendras la voix des simples gens
qui souffrent de la politique actuelle...
A moins que tu ne veuilles vraiment naviguer que dans de "hautes sphères" ?
On aurait pu parler longuement de tout cela samedi soir, mais notre respect pour nos compagnes, ainsi que leur profonde répulsion pour nos débats enflammés, vont forcément nous limiter...alors, à
suivre sur le blog ?


Jacques 23/10/2009 06:32


Content de ton intervention. Je répondrai rapidement tout de suite, et approffondirai dans un autre article.
Si j'ai appris des choses en cotoyant Maxime GREMETZ (le député en fin de carrièrre que tu suggère) ce sont : identifier les enjeux, les adversaires, faire passer les messages, et surtout ne pas
postuler à un mandat inutile. Lorsque arrive une élection,avec ce même député, j'ai appris qu'il fallait se poser la question suivante : "Elu ? Pour quoi faire ?"
Dans ce cas précis, ce n'est pas la peine de chercher, il n'y aura rien à faire dans un mandat de 14 mois. Dire aux gens qui souffrent, qu'il faut voter pour un candidat qui va tout changer,
rajouterait du mépris à leur malheur, et je ne trouve pas cela bien honnête.
Alors, me diras-tu, il y a la candidature pour témoigner, très bien, je pense qu'il y aura assez de candidat pour témoigner et que les vots devront se concetrer sur les candidats qui restent. Les
adversaires, l'état de la politique fait qu'à l'intérieur des organisations politiques il y a des adversaires qui cherchent à se positionner pour les élections qui arrivent. Devons nous jouer ce
jeu et utiliser les électeurs pour des primaires?
Les enjeux: c'est pour l'élection de 2011 c'est dès maintenant qu'il faut porter un programme et donner aux électeur l'information sur les enjeux des cantonales et des régionales de 2011 et 2010.
La réforme Balladur qui va accentuer les inégalités sur les territoires, mais nous n'en connaissons pas encore les contours précis.
Le paysage politique Vitrollais est en pleine mutation, c'est à un règlement de compte que nous assistons, une élection doit elle être le théatre? Le contexte même de cette élection devrait appeler
les acteurs à un peu plus de retenue, d'autant plus qu'aucun d'eux n'aura quoi que ce soit à prposer aux électeurs, et quand bien même ils auraient, que rien ne serait possible. Aller à une
lécetion en disant : Votez pour moi, vous serez plus heureux" est du niveau de l'élection d'un délégué de classe en primaire; mais pas dans le monde des adultes. Partons en campagne pour l'échéance
de 2011, c'est cela que je propose, faisons campagne dès aujourd'hui pour cette échéance qui est le véritable enjeu. Je lis déjà sur le forum de la Provence, que les élections arrivant, les
politiques ressortent comme les bourgeons au printemps, c'est exactement ce que je ne veux pas faire. J'ai à Vitrolles une petite action sur un sujet qui peut sembler futile, mais une autre m'a été
demandée et je vais la mener, puis peut-être une autre si je peux aider. Je pense que c'est plus utile que de montrer inutilement sa gueule sur des affiches pour des élections sans enjeux qui
rendraient même la victire amère. Si une ou l'autre de ces actions connaissent le succès, si je peux être utile, alors je te promets que je tiendrai compte des deux compliments que j'ai lus dans
ton post et que je mettrai mes analyse et je ne sais plus quoi, à la disposition de la collectivité. 
Je répondrai sur un autre aspect de la chose dans un prochain commentaire: avec qui doit on faire route vers l'élection, et quelle attitude avoir entre les deux tours? Car là aussi les électeurs
attendent de la cohérence de'un candidat. Pas de politique, Politique ou politique Politicienne, je ne cherche pas de revenu complémentaire, Travailler plus pour gangner plus, c'est pas mon truc,
mais travailler mieux pour vivre mieux me semble être le bon programme. Comme tu le dis, j'ai du boulot, je ne vais pas aller dans des galères pour le plaisir. Le cambouis c'est déjà pour
aujourd'hui mais autrement.
Pour en terminer, je vis dans l'entreprise des moments difficiles, et je vais être contraint de me représenter à des élections auxquelles je n'ait pas l'intention de participer car, effectivement
je voulais donner plus de place à l'action politique que syndicale. Je ne compte pas me laver les mais du cambouis que j'ai sur les mains en étant au service des salariés de mon entreprise. Je te
donnerai les résultats des élections qui sont le vrai baromètre d'un travail sur le terrain. La meilleure campagne, c'est le travail pendant la durée d'un mandat, pas la présence à des élections
qui ne donnent aucune latitude à un élu, sinon il représente quoi ou qui et pourquoi ? La société dans laquelle nous vivons ne laisse pas de place à l'inutile.
A samedi