Conseil national du PCF du 30 juin 2010

Publié le par leblogdejacques

Intervention d’Emmanuel DANG TRAN, fédération de Paris, secrétaire de notre section (Paris 15ème) 

 

Pierre Laurent, dans son rapport, parle d’une « écrasante majorité » qui se serait dégagée au « congrès » extraordinaire. Il faudrait plutôt reconnaître que « l’écrasante majorité » des communistes a été tenue à l’écart d’un congrès précipité, non statutaire, non démocratique. Ils n’ont pas pu se prononcer sur les décisions les plus lourdes de conséquences : la poursuite du Front de gauche, le PUP, « pacte d’union populaire » commun [qui rappelle le Pacte unitaire pour le progrès de Hue en 1994], le principe de candidatures communes aux élections de 2012.

Le CN d’aujourd’hui a été convoqué avec la même précipitation pour acter les faits accomplis. Je parie qu’il va adopter avec la même « majorité écrasante » les propositions de reconduction et de modification de l’exécutif. Mais une « majorité écrasante » de moins de 80 présents sur 210 membres du CN.

C’est presque une course de vitesse qui est engagée pour faire passer la poursuite de la stratégie de dilution du Parti dans la « gauche », via le « front de gauche ».

La une de l’Humanité du 23 juin, le numéro qui a été envoyée à tous les communistes avec le compte-rendu du congrès, illustre bien cette démarche et l’impasse qu’elle représente par rapport à la situation politique et à la montée des luttes. Le « tous ensemble » des salariés en lutte de novembre/décembre 95 est détourné en « tous ensemble » des organisations de gauche avec les photos de Martine Aubry, Christian Piquet, Besancenot etc…

Les manifestations du 24 juin ont laissé voir les capacités de mobilisation pour gagner sur les retraites. Mais on ne gagnera pas en laissant des ambiguïtés sur les positions du PS.

Sur quoi le parti doit-il mobiliser politiquement pour contribuer à la lutte pour gagner ? D’abord pour le retrait pur et simple du projet de loi du gouvernement. Cela paraît évident mais il vaut mieux le dire. Ensuite sur la validité du système solidaire par répartition et notamment pour la suppression des 33 milliards d’euros d’exonérations de cotisations sociales patronales. La proposition de loi alternative des députés PCF et PG, sur laquelle j’aurais à dire aussi, ne peut pas être le premier et le seul axe de lutte.

Dans les manifestations [certaines], ont été distribués parallèlement, en concurrence même un « flyer » du PCF, avec le slogan débile « retraitons juste », et un tract du « Front de gauche » avec le même texte, complété d’un article d’actualité. C’est qui le Front de gauche ? C’est bien un signe de la tentative de supplanter le PCF.

Cela me ramène aux suites du congrès. Dans l’agenda repris par le rapport de Pierre Laurent, je n’ai rien entendu sur le PUP et rien sur la préparation de l’assemblée nationale des délégués des sections qui doit avoir lieu avant la fin de l’année. Pourtant, c’est là que doit être discutée la question de la candidature présentée ou soutenue par le PCF et du contenu qu’elle doit porter. Après le « congrès » extraordinaire et la décision de la candidature commune du Front de gauche, on s’est mis dans le piège de la présidentielle. Il ne faudrait pas maintenant que les communistes soient à nouveau écartés et que l’option d’une candidature PCF sur un contenu clairement communiste soit évincée d’avance. Donc qu’est-ce qui est prévu pour cette assemblée ?

Publié dans Debats

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ZAPATA 10/07/2010 11:46



Je suis en train d'écouter Perre Laurent ce matin samedi 10/07 sur France CUL, et Laurent junior est bien un bureaucrate droitier mais certainement pas un communiste et en cela il est dans la
droite ligne de la clique droitière et stalinnienne HUE/BUFFET/BRAOUEZEC qui a flingué le PC.


Outre que son analyse de ce qui se passe en Chine est dans la droite ligne des médias capitalistes ("la Chine est un pays capitaliste") mais à la question du vote des ouvriers et employés qui ne
votent plus communiste la réponse de Laurent est à la fois floue et condescendante (il faut que "ces gens là" votent communiste....le grand Brel employait la même expression à propos des
bourgeois....)