MUZEAU flingue GREMETZ

Publié le par leblogdejacques

Certes, Maxime GREMETZ y était allé un peu fort en se faisant remarquer dans une salle de l’Assemblée Nationale au moment d’une réunion sur la catastrophe au Japon.

Mais une deuxième voix communiste (il parait) s’est faite entendre dans le même extrait, c’est celle de Roland MUZEAU. Il dit : "Maxime GREMETZ n’est plus Communiste, c’est la honte du groupe".

Mais qui représente la honte d’un groupe de Communistes ? Celui qui peste après des ministres qui se croient au dessus des lois, jusqu’à obstruer l’entrée d’un parkingavec leurs voitures  ? Celui qui peste après les patrons voyous dans sa circonscription et ailleurs ? Celui que les électeurs ont mis dans son canton en tête des forces de la Gauche non socialiste aux dernières cantonales ? Celui à qui on a refusé de donner sa carte du parti il y a quelques années alors que la dernière réunion (il n’y a pas d’autres mot ni, Congrès, ni Assemblée Générale) est hors statuts du Parti ? Et c’est le résultat de cette réunion qui fait foi dans le conflit avec Maxime.

La honte du Parti elle est dans le camp de ceux qui font mettre dehors par des vigiles, un camarade venu porter l’argent des cotisations des Camarades de la Somme à la Place du Colonel Fabien, la honte elle est dans le camp de ceux qui ont décidé de mettre le Parti Communiste aux enchères, la honte elle est dans le camp de ceux qui se font marcher dessus pour quelques délégations dans des Conseils Généraux, la Honte elle est dans le camp de ceux qui appellent à voter socialiste au second tour parce qu’ils ne sont pas suffisamment courageux pour assumer leurs actes.

La honte c’est Roland MUZEAU, qui à l’image d’un homme de main d’un caïd du milieu exécute un camarade sur ordre de la direction du Parti, contre tout savoir vivre fraternel entre communistes.

La honte c’est de critiquer André GERIN pour ses positions contre la Burqa et de se plaindre sur son profil Face book qu’il n’y a plus de charcuterie à Gennevilliers.

La honte c’est la lutte des places qui obsède Roland MUZEAU et les autres tant leurs prestations sont nulles sur le terrain et leurs discours sont creux.

Alors quand il y a Maxime GREMETZ, la voix de ceux qui n’ont rien, des exploités, du peuple qui ploie sous le joug des transnationales cotées en bourse, on l’élimine, parce que à côté de lui la médiocrité des responsables actuels du PCF devient éclatante.

Alors, Roland MUZEAU, la honte du groupe n’est pas là où tu l’as montrée. La honte, elle va être éclatante les mercredis après-midi à la télé lors des séances publiques,et tu seras dans le lot

Publié dans Maxime GREMETZ

Commenter cet article

sadin 12/06/2015 12:31

tout à fait d'accord avec toi jacques...maxime un vrai député communiste..

H M 23/05/2011 07:10



"les mercredis après-midi à la télé lors des séances publiques"


les mardis ET mercredis !



TULOUP 16/05/2011 11:32



Merci et bravo jacques pour ces commentaires voila ce que doit penser et comprendre un communiste,ouf ils en restent encore .Amities,et fraternite. un prolo jacques   



ZAPATA 13/04/2011 21:16



Le drame c'est que c'est Muzeau, qui n'est plus communiste comme toute la clique bureaucratique, droitière, stalinienne, anti-ouvrière, et liquidatrice qui tient le PCF depuis 20 ans :
Hue/Braouezec/Buffet et Lanrent and Brothers (c'est là un trio qui a toujour vécu auchevet de leur père et qui n'a jamais été payé autrement que par le PCF ou une collectivité locale PCF: c'est
la définition même de  la bureaucratie).


Pierre Laurent en échange de la présidence du trés droitier parti de gauche Européeen a intronisé le socialiste trés droitier Mélanchon, en donnant à ses 2 groupuscules (le PG et les dissidents
du NPA), 50% des candidats aux législatives.


Ces gens là comme chantait Brel, n'aime pas le peuple et la classe ouvrière : cela pu la nouvelle bourgeoisie à plein nez....