Communiqué de la CGT 13

Publié le

Dans toutes les entreprises, la situation des salariés se dégrade : salaire, qualité de l’emploi, conditions de travail, déroulement de carrière, précarité… Dans le même temps, le nombre de chômeurs ne diminue pas, par contre ils sont de moins en moins nombreux à être indemnisés. Les retraités voient leur pension fondre comme neige au soleil. Le logement, les transports, se faire soigner, coûtent de plus en plus cher et donc sont de moins en moins accessibles à tous.
 
Aujourd’hui, le gouvernement Sarkozy, à travers les différentes mesures annoncées, ne va rien régler. C’est une déclaration de guerre au monde du travail :
·                    travailler plus, cotiser plus longtemps, pour une retraite identique.
·                    la rupture du contrat de travail doit être simplifiée : on vous licencie un point c’est tout !
·                    chômage : sanctions à ceux qui refusent 2 offres d’emploi. Tu es chômeur, tu dois accepter n’importe quel travail à n’importe quel salaire !
·                    La Sécurité Sociale : si vous la voulez, il faut la payer et les idées ne manquent pas : franchises non remboursables par les mutuelles, TVA sociale.
·                    Les Hôpitaux : des entreprises comme les autres. Pas d’argent , pas de soins.
·                    Fonction publique : non remplacement d’un fonctionnaire sur 3. Casse du statut.
·                    Fini le Service Public : ils veulent tout brader au Privé, GDF, les Ports…
 
Et ce qui est intolérable pour le gouvernement ce sont les injustices. Il y a en France des privilégiés ! Mais attention, ne vous méprenez pas, ce ne sont pas les patrons mais tous ceux qui bénéficient des régimes spéciaux de retraite. Rappelons-nous, il n’y a pas si longtemps, nous étions tous à 37 ans et demi. C’est le décret Balladur qui a décidé en plein mois de juillet de passer le privé à 40 ans ! Donc, aujourd’hui, il veut casser les régimes spécifiques pour ensuite rallonger le nombre de cotisations pour tous et par conséquence retarder le départ à la retraite à 62 ans comme le réclame le Medef.
De plus, pour que le monde du travail ne lui pose pas trop de problèmes, il casse tous les droits : réécriture du Code du Travail, attaque des Conseils des Prud’hommes, droit de grève remis en cause et le patronat, dans les entreprises, se trouve renforcé pour bafouer les droits des salariés et pour s’en prendre aux élus et mandatés.
NOUS AVONS LA FORCE DE LES ARRETER !
POUR CELA, IL FAUT EVITER LES PIEGES TENDUS !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

·                    Ne nous laissons pas diviser ! Que l’on soit du public ou du privé : emploi, salaire, Sécurité Sociale, Retraite…nous voulons tous un juste retour de notre travail.
·                    Nous avons des priorités différentes dans les revendications. Ce n’est pas un problème : posons-les ensemble ! Sinon, les uns après les autres, on va y passer !
·                    Le gouvernement ne cesse d’ouvrir des chantiers. Il fixe d’entrée l’ordre du jour, le calendrier et sa décision. Il appelle cela des négociations. Si les organisations syndicales, avec les salariés, les privés d’emploi, les retraités n’interviennent pas, le gouvernement va tout faire passer !
Le monde du travail
a besoin de s’unir .
 
 
 
 
 
 

SOYONS CLAIRS : quel que soit le sujet, le gouvernement veut faire payer le monde du travail.
Par contre, les cadeaux se multiplient pour le patronat !
 

Nous pouvons compter ! Aujourd’hui, des professions décident d’agir et dans l’unité : le 18 octobre, les Cheminots, EDF - GDF, appellent d’ores et déjà à la grève. Les organisations de retraités ont décidé d’agir le 18. La CGT interpelle sur notre département toutes les organisations syndicales et propose de faire du 18 octobre une journée d’action, de grève et de manifestation interprofessionnelle.
 
Décidez, dans chaque entreprise, l’action de grève le 18 octobre, à partir de vos revendications et ensemble manifestons !
 

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article