Communiqué : La direction du PCF parvient péniblement à imposer Mélenchon. Des bases de résistance se développent pour faire resurgir le PCF dont les travailleurs et le pays ont besoin.

Publié le par leblogdejacques

Communiqué, lundi 20 juin 2011

Jean-Luc Mélenchon, un socialiste, mitterrandien, maastrichien sera le candidat d’un PCF dilué dans le Front de gauche à l’élection présidentielle de 2012.

C’est une nouvelle étape du processus de destruction du PCF et de ce qu’il représente, d’intégration dans le réformisme et la social-démocratie.

Cependant, les derniers mois ont montré, plus fortement, que des dizaines d’organisations du PCF, des milliers de militants ne l’acceptent pas. Ils constituent autant de bases de résistance pour faire resurgir le PCF dont les travailleurs et le pays ont besoin.


L’équipe dirigeante du PCF a peiné pour arriver à ses fins. Elle n’a trouvé, dans un vote interne sous contrôle et sous influence, que l’approbation d’un adhérent sur six (deux-tiers d’abstention).

C’est peu de dire que la personnalité et les positions de Mélenchon, qui sont celles du Front de gauche, n’ont suscité aucun engouement.

Les pressions des directions, à commencer par les annonces du secrétaire national Pierre Laurent, ont été d’une inconcevable lourdeur. Aucun débat national n’a été organisé. Dès le départ, la discussion a été orientée unilatéralement. La résolution du Conseil national du 8 avril la refermait sur les deux candidatures « Front de gauche ». Pendant des mois, les communistes n’ont reçu du CN ou de l’Huma aucun élément d’information sur tout autre choix.


Plus fondamentalement, la direction du Parti a annulé le congrès prévu justement en juin 2011. Elle a empêché les communistes de définir leurs objectifs pour 2011 et 2012, d’élaborer démocratiquement un programme communiste, qui aurait dû être la base de notre recherche de rassemblement.

Elle a choisi d’enfermer le débat interne dans des questions de personne, des enjeux politiciens et électoralistes, à l’opposé de ce que devrait porter le vote communiste.

Les marchandages, qui continuent, avec le PG pour les places aux législatives illustrent lamentablement la « nouvelle façon de faire de la politique » du Front de gauche.


Dans ce contexte, le choix que nous avons pris collectivement de présenter la candidature d’Emmanuel Dang Tran a été salutaire. A contre-courant du cadre imposé des débats, dans les limites où notre voix a pu se faire entendre, nous avons engagé la discussion sur le fond de la ligne politique du Front de gauche. Nous avons témoigné que toutes les organisations du PCF ne se résignaient pas au déclin du Parti, à la recherche d’arrangements à court-terme pour les prochaines élections, à des calculs politiciens. Nous sommes allés à la rencontre de centaines de communistes souvent laissés à l’écart de la vie du Parti, de salariés, de paysans, de jeunes.

Un programme communiste, une organisation de classe pour le mettre en avant, pour rassembler largement face à la politique du capital : oui, c’est toujours d’actualité pour beaucoup !


La cohérence politique de notre démarche a rencontré un écho que le résultat du vote interne ne traduit que très partiellement. Le maintien final de la candidature d’André Chassaigne a brouillé le sens du vote. Prétendre aujourd’hui que « 96% des communistes se sont prononcés pour le Front de gauche » relève de la supercherie. On ne leur jamais demandé leur avis en congrès.


Le fait accompli laissera des traces. Il conduit à une impasse.


Les questions de fond vont revenir tout de suite et l’on peut compter sur nous pour les poser. La candidature Mélenchon et la stratégie du Front de gauche n’y répondront pas.

Les grandes mobilisations, comme celle des cheminots pour le service public le 16 juin, celles des salariés de nombreuses entreprises pour les salaires, les luttes pour la sauvegarde de l’industrie - un combat brûlant pour les communistes - pour la protection sociale, l’écho des mouvements populaires de Grèce ou d’Afrique du Nord appellent des propositions de rupture et non d’aménagement du capitalisme.

Publié dans leblogdejacques

Commenter cet article

ZAPATA 27/09/2011 21:08



Un indice de l'opposition de pouvoir qui nait entre Buffet et le nouveau trio Mélanchon/Laurent/Braouezec : l'humanité n'a pas cité l'appel à manifester en soutien à Tristane Banon et donc contre
DSK, et donc contre le PS et donc contre Mélanchon..et pourtant Buffet s'est montré à cette manisfestation sans la présence d' Autain qui avait toutes les raisons d'y être et sans aucin autres
représentants du PCF et du PG....



ZAPATA 25/09/2011 20:16



J'ai écouté sur Public Sénat la présidente du groupe PC: Mme Borvo qui sésclaffait (je nai jamais entendu un rire aussi peu intelligent je doit le reconnaître) d'avoir perdu un sortant dans le 93
et un sortant dans le 91 (je ne l'ai jamais vu distribuer un tract quand j'étais encore au PCF sur paris) en disant en rigollant que c'était à cause du mode de scrutin: elle oublie simplement de
dire que dans ces 2 départements les alliés du PCF dans le front de gauche ont présenté des listes pour faire perdre les sortants PCF (Braouezec et Autain dans le 93 et Mélanchon himself dans le
91....).


Ce Laurent veut rééllemnt la mot du PCF avec le front de gauche c'est une certitude....



ZAPATA 25/09/2011 17:29



Pierre Laurent qui s'est couché devant Aubry, Royal, Mélanchon, Braouezec, Hue et Autain à la fête de l'huma est batu ce soir aux sénatoriales à Paris où les grands électeurs PS et Verts ont
préfé élire l'ancien conseillé de Sarkosy, Pierre Charron.


La servilité ne paye jamais....



ZAPATA 22/09/2011 21:54



Après 30 ans d'idéologie suicidaire de concurrence libre et non faussée, il n'y a plus d'Etat dans aucun pays, c'est à dire plus de pilote dans l'avion, sauf Madoff, et la mafia Goldman Sachs,
Lagarde, FMI, Lamy et autre OMC (sans oublier l'ogre milliardaire DSK, la danseuse du PS...

Le seul grand pays à avoir un Etat digne de ce nom, c'est à dire un pilote dans l'avion, c'est la Chine communiste, qui va tous nous racheter dans tous les sens du terme.

Il n'y en plus pour trés longtemps..
Le capitalisme est condamné : mars 2012 tout au plus...

Vous avez 6 mois pour apprendre le Chinois et lire Marx, Engels et Lénine....



ZAPATA 20/09/2011 00:19



J'écoute la fille Le pen à un débat avec Estrosi et Sapir (proche du PG mais qui a un fond coco), et Cahuzac le président PS de la commission des finance à l'AN : le sujet est la crise
financière en Grece et en Europe.


Miss Le pen est hélas hyper efficace voir brillante sur son explication économique (avec des arguments que n'auraient pas renié Marchais).


Estrozi est sorti à poil de ce débat de 2 heures sur France 2 (mots croisés)


Miss Le pen a repris au vol les argument de Sapir et à la fin du débat Cahuzac a fini par lâcher que Miss Lepen avait raison et qu'Estrosy était en défaut.


Tout cela est trés inquiétant car il n'y a plus de gauche avec le PS et le front de gauche de Mélanchon parce qu'avec Laurent/buffet/braouezec/hue/tartignol/bessac, il n'y a plus de PCF et la
voix est libre pour l'arrivée au pouvoir du FN en 2012, car la crise va encore s'agraver d'ici là....